Les programmes

RnPAT – Réseau national des projets alimentaires territoriaux

Le RnPAT vise à mettre en réseau tous les acteurs pour favoriser la co-construction et la mise en œuvre partagée des projets alimentaires territoriaux dans lesquels les collectivités porteuses du projet de territoire sont fortement impliquées. Pour cela, RnPAT multiplie les échanges, capitalise les bonnes pratiques, produit ou coproduit des outils méthodologiques indispensables et contribue à l’amélioration des politiques publiques françaises et européennes.

http://rnpat.fr/les-projets-alimentaires-territoriaux-pat/carte-interactive/

PAEN – Périmètres de protection et de mise en valeur des espaces agricoles et naturels périurbains

Un constat récurrent depuis de nombreuses années : l’étalement urbain ne cesse de s’amplifier, au détriment des espaces agricoles, forestiers et naturels périurbains, perturbant les équilibres écologiques et territoriaux.

Pour lutter contre l’accélération de ce phénomène et préserver les espaces périurbains non bâtis, la Loi du 23 février 2005 relative au développement des territoires ruraux confère aux départements une nouvelle compétence : la protection et l’aménagement des espaces agricoles et naturels périurbains. La mobilisation de cette compétence passe par la mise en œuvre d’un nouvel instrument du Code de l’urbanisme : les « périmètres de protection et de mise en valeur des espaces agricoles et naturels périurbains », dits PAEN.

L’association Terres en Villes et la Fédération nationale des Safer se sont associées, avec le soutien du ministère de l’Agriculture et de la Pêche et de l’Assemblée des départements de France, pour promouvoir la politique des PAEN auprès des départements, des collectivités locales et des autres acteurs concernés. Une dizaine de territoires sont déjà partie prenante de l’expérimentation.

http://www.experimentation-paen.fr/

Territoires engagés pour la nature

Territoires engagés pour la nature est une initiative visant à faire émerger, accompagner et reconnaître des plans d’action en faveur de la biodiversité portés par des collectivités. Territoires engagés pour la nature reconnaît l’engagement des collectivités qui formalisent un plan d’actions sur les trois prochaines années. Le plan d’action doit s’intégrer dans tous les domaines de compétences de la collectivité (aménagement, éducation, GEMAPI, etc.). La reconnaissance valide la qualité du plan et permet d’accéder plus facilement à des moyens de mise en œuvre (accompagnement, financement, etc.). L’initiative « Territoires engagés pour la nature » a pour objectifs de :

  • Mobiliser et accompagner les collectivités à agir en faveur de la biodiversité.
  • Faire émerger, reconnaître et valoriser des plan d’actions en faveur de la biodiversité.
  • Inciter les collectivités à initier une démarche de progrès et d’amélioration continue.
  • Favoriser une prise en compte de la biodiversité dans tous les domaines de compétences des collectivités.
  • Favoriser une mise en cohérence de l‘ensemble des outils et dispositifs existants (techniques et financiers).

L’initiative est mise en œuvre au niveau régional, sur la base d’orientations nationales partagées. 14 régions (12 en métropole et 2 en outre-mer) se sont portées volontaires pour déployer le dispositif en 2019. L’initiative s’appuie sur une gouvernance structurée au niveau national et au niveau régional dans la perspective d’une bonne coordination des moyens et des acteurs. De très nombreux partenaires s’associent également à cette démarche collective : associations d’élus, de professionnels, de protection de l’environnement.

https://engagespourlanature.biodiversitetousvivants.fr/territoires/

Aires terrestres éducatives

Inspirées des aires marines éducatives, les aires terrestres éducatives confient la gestion participative à des élèves et leur enseignant d’un petit bout de zone humide, de forêt, de rivière, de parc urbain… Cette démarche a pour but de sensibiliser le jeune public à la protection du territoire mais également de découvrir ses acteurs grâce à un projet pédagogique et écocitoyen.

Une aire terrestre éducative est une zone terrestre de petite taille (parc urbain, friche, zone humide, forêt, rivière, etc…) qui devient le support d’un projet pédagogique de connaissance et de préservation de l’environnement pour des élèves de CM1, CM2 ou 6ème, leur enseignant et leur référent (un acteur de la sphère de l’éducation à l’environnement).

Cette démarche écocitoyenne est basée sur la gestion participative d’une zone délimitée par une classe. En se réunissant sous la forme d’un « conseil des enfants », les élèves réfléchissent et prennent toutes les décisions concernant leur aire terrestre éducative. C’est l’occasion pour eux de découvrir leur territoire et ses acteurs dans le cadre d’un projet d’éducation à l’environnement durant lequel ils développent les compétences du programme scolaire.

https://www.afbiodiversite.fr/les-aires-terrestres-educatives

Eco-Ecole

Eco-Ecole fait partie du programme international d’éducation au développement durable (EDD). Lancé en 2005 par l’association Teragir, le programme vise à aider les élèves à mieux comprendre le monde qui les entoure pour s’y épanouir et y participer. Il repose sur la mobilisation de l’ensemble des acteurs d’un établissement scolaire (élèves, enseignants, direction, personnels administratifs et techniques, etc.) mais également du territoire (collectivités, associations, parents d’élèves, etc.). Depuis son lancement, le programme Eco-Ecole bénéficie du soutien du Ministère de l’Education nationale.

Eco-Ecole propose un mode d’emploi aux équipes pédagogiques pour déployer efficacement le développement durable de la maternelle au lycée. 84% des directeurs ont constaté une meilleure cohésion avec leurs enseignants. 83% des collectivités territoriales ont renforcé les liens avec les Eco-Ecoles. 86% des établissements observent une hausse de la motivation des élèves. ¾ des parents constatent que leur enfant a acquis de nouvelles compétences.

https://www.eco-ecole.org/